Rvs-Cde  Conseil d'État
 

Histoire des bâtiments


Le Conseil d'État est installé dans six bâtiments situés entre la rue de la Science, la rue Jacques De Lalaing et la rue d'Arlon au quartier Léopold, actuellement un quartier de bureaux (Institutions européennes, ministères, ...) mais résidence de l'aristocratie au XIXe siècle.

Son adresse officielle est le 33, rue de la Science à 1040 Bruxelles. Cet ancien hôtel particulier, appelé "Palais du Marquis d'Assche", est le siège du Conseil d'État depuis 1948. Le premier propriétaire fut en effet un des seize belges les plus riches du XIXe siècle : Théodore-Charles-Antoine, Comte Vandernoot et Marquis d'Assche. Conçu et construit entre 1858 et 1860, par l'architecte de renom A. Balat, qui fut aussi architecte de la reconstruction du Palais Royal de Bruxelles ainsi que des Serres de Laeken. Ce palais était le plus grand bâtiment du quartier, avec sa façade dont la ressemblance avec celle du Palais Farnèse (Palais du Pape Paul III) à Rome est frappante.

Entre 1901 et 1909, le Palais d'Assche fut la résidence de membres de la Famille royale, le Prince Albert et la Princesse Elisabeth, futurs souverains. Y sont nés le futur Roi Léopold III et le Régent Charles. Une plaque commémorative installée dans le hall d'honneur rappelle ces événements. Au cours des années 1930, le Palais fut aussi la résidence d'ambassadeurs des États-Unis.

L'escalier d'honneur ainsi que le premier étage ont conservé leur décoration d'origine, dans un style néo-Louis XIV.

Sont particulièrement remarquables :
  • le cabinet du Premier Président, qui fut à l'origine un des salons du Palais, avec au plafond des peintures de Charles Chaplin (1862), à l'époque un peintre français très connu qui travailla pour l'aristocratie française du Second empire (Napoléon III), dans le style du XVIIIe siècle (angelots), ainsi qu'un gigantesque lustre en cristal;
  •  l'ancienne salle de bal du Palais, qui fut longtemps salle des Assemblées générales du Conseil d'État, avec encore un lustre en cristal, un emplacement pour un orchestre de chambre (balustrade) et deux tapisseries modernes en provenance de la firme P. De Wit à Malines, ayant pour thèmes les Provinces wallonnes et les Provinces flamandes, leur histoire et légendes;
  •  l'ancienne bibliothèque, à l'origine bibliothèque du Prince Albert, en style néo-renaissance flamande (cheminée).
Le Palais d'Assche est classé comme monument historique.

Le Conseil d'État est aussi installé, depuis 1995, dans le bâtiment du 35, rue de la Science, l'"Hôtel Lowenstein". Il s'agit d'un hôtel particulier construit en 1919-1920 pour le financier A. Lowenstein, par l'architecte français Sigwalt, dans le style "Beaux-Arts" en vogue à Paris au début du XXe siècle (par exemple Hôtel Lutetia au Bld Raspail). Le Palais fut longtemps le siège de l'Ambassade des Pays-Bas. Les audiences publiques de la section d'administration ont actuellement lieu dans divers grands salons, la salle à manger et la salle solennelle de l'hôtel (voir ici la décoration en bois néo-XVIIIe siècle).

A. Lowenstein fut un grand financier au début du XXe siècle, avec des intérêts dans l'industrie du textile artificiel (Fabelta à Tubize) mais  fut aussi impliqué dans une tentative d'acquisition de la majorité des actions de la "Banque de Bruxelles", cette fois sans succès. Amateur de chevaux de courses, il fit également construire les écuries dans la cour du bâtiment.

Il "disparut" soudainement et dans des circonstances étranges en juillet 1928, au retour d'une conférence financière à Londres, dans son avion privé - un Fokker FVII.

En dehors des deux bâtiments historiques, le Conseil d'État est aussi installé dans des bâtiments modernes.

Entre autres, à l'arrière du bâtiment 94-102, rue d'Arlon, se trouve depuis 1996 la nouvelle salle des audiences solennelles dans laquelle se tiennent des séances solennelles (par exemple : prestations de serment et installations de magistrats et assesseurs), publiques (par exemple : présentation de magistrats, assesseurs et greffiers aux fonctions vacantes) et ordinaires (par exemple : création et rapports de commissions telles la commission de la procédure et la commission du rapport; questions relatives au personnel) de l'Assemblée générale des deux sections du Conseil d'État.
 
© Conseil d'État, 2018 contact - FAQ - disclaimer - plan du site Powered by Doran Colibri.cms